Archive | January, 2008

Preparing the Way of the Messiah- Luke 7:18-50

10 Jan

Señor, abre mis labios,
Y mi boca proclamará tu alabanza.

Lord, open my lips,
And my mouth shall proclaim your praise.

Those words signal the beginning of the Invitatory Psalm in the Liturgy of the Hours, or the Divine Office, which is prayed daily by Catholic priests and religious as well as by many laypersons. As I wrote the initial draft of this article on the airplane and eventually on my way to serve in Cali, Colombia, I remembered that verse, one of the first that I learned in Spanish through my practice of the Office, and that Zechariah, the father of John the Baptist, gives praise to God immediately upon having his lips opened at the birth of his son. (cf. Luke 1:64)

Following this, Zechariah delivers his canticle that is also recited and called the Benedictus (Latin for blessed) during the Liturgy of the Hours, in Morning Prayer, or Lauds. The righteous priest and husband of Elizabeth prophesies thus about the newborn John:

“You, child, will be called the prophet of the Most High, for you will go before the face of the Lord to prepare His path, to give His people knowledge of salvation through the forgiveness of their sins, because of the tender mercy of our God by which the daybreak from on high will visit us, to shine on those who dwell in darkness and in the shadow of death, and to guide our feet into the path of peace.” (Luke 1:76-79)

John the Baptist then fades from the scene in Luke’s Gospel, not to be mentioned until briefly in Chapter 3, and then not again until Chapter 7. Nonetheless, several themes carry over from the Benedictus in order to prepare the reader for the reappearance of John the Baptist in Luke 7 and to properly integrate the story of St. John into the more important account of the life of Jesus Christ. In my previous article on the Lucan Gospel, about Jesus’ healing of the centurion’s slave at Capernaum and about His raising of the widow’s son at Nain, I wrote about the role of a prophet, who is characteristically truthful, humble and compassionate. Jesus is therefore the ideal prophet, yet He is more than that, (cf. Luke 7:26) though He is often derided as solely a prophet or as only the son of a carpenter. (cf. Luke 7:16, 4:22)

John the Baptist’s father is the first person in the Gospel of Luke to prophesy. (cf. Luke 1:67) In his praise to God for John’s birth, Zechariah highlights the necessary traits of a person of God. Besides prophecy, holy people are set apart by child-like humility and recognition of their role before God. Thus, as he calls John, “child”, Zechariah might as well be calling us to be the forerunners of the Messiah, who first came to us as a delicate newborn. Christ, we believe, will come again. It is therefore our joyous responsibility as Christians “to prepare His path” and to spread the Good News with renewed fervour, giving “knowledge of salvation” to all. The themes of tenderness, of mercy, of light in the midst of darkness, of redemption and resurrection from death, and of peace are all found in the Benedictus and enter the foreground in our renewed encounter with John, followed by Jesus’ pardon of the sinful woman in the Pharisee’s home. (cf. Luke 7:18-50)

Following Jesus’ miracle at Nain, a small Galilean village mentioned only once in the Bible, those present sensed the presence of Emmanuel; God is “among us”, having “visited His people!” (Luke 7:16, cf. Matthew 1:23) However, some including John the Baptist, who had been imprisoned for dissent against Herod Antipas, a cowardly puppet of the Roman occupiers of Palestine, were despairing in their search for the Saviour who was already with us. In this context, John sends two of his disciples to Jesus to ask Him the question: “Are you the One who is to come, or should we look for another?” (Luke 7:18-20)

Like the centurion before him in Luke’s Gospel, John, who was to be the herald of the Anointed but was about to be beheaded because an evil ruler’s jealous fear, in turn sends messengers ahead of him to speak with Jesus. (cf. Luke 7:3, 19) Even those whose faith is as dauntless as that of John occasionally become discouraged. Christ, then, acts both as teacher and consoler, telling the men who have come before him:

“Go and tell John what you have seen and heard: the blind receive their sight, the lame walk, lepers are cleansed, and the deaf hear, the dead are raised up, (and) the poor have good news preached to them.” (Luke 7:22)

Jesus thus picks up John’s mission where he left off. Jesus, even more than John, brings hope to a people searching for deliverance, not from the tyranny of the Romans but from the yoke of sin and of death. Yet bringers of hope are often scorned, therefore in His message to John’s followers Jesus includes a blessing upon those “who take no offense at (Him).” (Luke 7:23) Christ confers this blessing upon John’s disciples, as well as upon us, knowing that many will reject Him because of our pre-conceived notions of kingship. Our Lord came to us wrapped in bands of cloth and lying in a manger, instead of manifesting Himself as “a man dressed in fine garments”, living “in luxury” as would an earthly king. (Luke 7:25)

Importantly, then, Jesus’ message is not restricted to the pair of John the Baptist’s followers who come to Him; Jesus turns His attention to the crowds, proceeding to teach them about John’s purpose and then about His own. Christ, whose throne is in Heaven inasmuch as it ought to be prepared in our hearts (cf. Ste. Thérèse de Lisieux, Récréations Pieuses, “Le Divin Mendiant de Noël”, Str.1, 1vº), asks the people who had encountered the Baptist:

“What did you go out into the wilderness to behold? A reed shaken by the wind?…What then did you go out to see? A prophet? Yes, I tell you, and more than a prophet.” (Luke 7:24, 26)

Here, in addition to His re-introduction of the theme of prophecy, Jesus includes a harsh but necessary commentary on the reign of Herod Antipas. Our Lord’s criticism of the king responsible for St. John the Baptist’s eventual martyrdom is veiled in His reed metaphor. (cf. Luke 7:24) The reeds of which Jesus speaks were common in the valley of the River Jordan, where the wind would blow them about. In a deeper sense, this verse is followed by Jesus’ warning about those who dwell “in luxury”. (Luke 7:25)

Herod Antipas had little power in actuality, besides the jurisdiction he had been given by Rome over Tiberias, his capital city, and over surrounding Galilee. Antipas had commissioned the minting of “coins stamped with the emblem of a reed” to mark the anniversary of the founding of Tiberias. (Scott Hahn and Curtis Mitch, Ignatius Catholic Study Bible, The Gospel of Luke, 7:24) Herod, like the reed blowing in the wind, was easily influenced: Antipas’ malleability and weak character are well-illustrated in legend by his willingness to give his daughter Salome anything she desired, including the head of John the Baptist on a platter, in exchange for a dance performance.

In contrast to Herod Antipas, Jesus lives and preaches a way that leaves no room for compromise. Christ is singularly “the Way, the Truth, and the Life” (John 14:6). That way is prepared by John, the bridge between the Old and New Testaments, who is greater than any other prophet and is indeed the greatest “among those born of women”. (Luke 7:28 ) The one who comes as a messenger before the face of the Lord must then be an authentic image of God. (cf. Luke 7:27, Genesis 1:27)

John’s role as a forerunner of the Messiah is thus our role also, since God has made us prophets and more. In fact, humans have been made as little less than gods (cf. Psalm 8:6). In view of this great gift from God to us, humility is a critical yet often under-exercised virtue. Jesus reminds us that even though John the Baptist is the greatest among men other than Christ Himself, he is the least in the Kingdom of Heaven. (cf. Luke 7:29)

We, too, ought to wish to be regarded as the least in Paradise. The divinization of humankind (cf. 2 Peter 1:4) entails our consideration of ourselves as nothing before God. As such, the Lord’s reality absorbs ours completely, and we come into full union with God. (cf. Ste. Thérèse de Lisieux, Ms. B, 3vº) John, a humble man of the wilderness and certainly not a scholar, best understood that paradoxical theology of everythingness and nothingness. St. Luke writes that “all the people and the tax collectors” also understood the association between baptism by John and baptism in the Holy Spirit (cf. Mark 1:8, Luke 3:16), and thus the proper relationship between humanity and God. In rejecting baptism by one sent by God, the “Pharisees and lawyers” reject God in turn. (Luke 7:30, cf. John 12:44-50)

Often times we could aptly be compared to the Pharisees and lawyers of Jesus’ time. Our Lord makes an additional analogy between “the men of (His) generation and children in a marketplace (cf. Luke 7:32) Normally, children are portrayed favourably in Jesus’ teaching, while we are cautioned not to make a marketplace of God’s house. (cf. John 2:16)

A distinction must be made between a child-like and a childish approach to our faith. The first form of spirituality is guided by humility and by love of God, while the second is primarily self-seeking and thus falls short altogether of spirituality in its rightful sense. As in first-century Palestine, in our time we frequently prefer to choose aspects of faithful life best suited to us. We either reject the joyful message of Jesus and of His Kingdom, hence He “piped and we did not dance”, or we reject the more ominous words of John the Baptist that call us to repentance and to reform, hence John “wailed, and (we) did not weep.” (Luke 7:32) Our Catholic faith demands an all-inclusive approach to life and spirituality, as opposed to a pick-and-choose response to our God, who gives entirely of Himself to us out of pure love.

Jesus’ discourse about John in relation to Himself concludes with another criticism of the self-centeredness of the lawmakers, who had challenged Him about John’s fasting and about His own preference for eating in the company of His friends. John is called “a demon”, while Jesus in derided as “a friend of tax collectors and sinners” (Luke 7:34) The Pharisees and lawyers do not realize that Jesus is also their friend. God invites us all to be changed into accurate reflections of Himself and therefore to enter into Heaven as one. (cf. John 17:20-21) The “children of God” who are faithful, loving, and obedient toward the Lord intimately understand this message that is not only directed at scholars, but dwells within us deeply as God’s wisdom by which His disciples are justified. (cf. Luke 7:36)

The theme of God drawing us into Himself is carried over from the story of John the Baptist’s messengers into that of Jesus’ forgiveness at the Pharisee’s house of the “woman of the city.” (Luke 7:37) Jesus not only eats with lowly tax collectors and sinners, but also with proud Pharisees. While the former are drawn to Jesus’ loving forgiveness, the latter fail to recognize Him.

The woman is firstly described in Luke’s Gospel as a sinner. The Pharisee who had invited Jesus, as well as all the guests present, knew her reputation. However, Jesus knew her best and is therefore the greatest prophet, yet again the supposedly knowledgeable people misunderstand Jesus and His prophetic message. In fact, they are even unwilling to acknowledge Him as a prophet. This episode is the third direct mention of prophecy in Luke 7, and is also the first of three instances that St. Luke records of Jesus eating with Pharisees. (cf. Luke 11:37, 14:1) These details about threes are minor but pertinent, especially when one considers the several occurrences in threes in the Scriptures. In the Pharisee’s house, Jesus thus questions Simon the Pharisee:

“A certain creditor had two debtors: one owed five hundred denarii and the other fifty. When they could not pay, he forgave them both. Now which one of them will love Him more?” (Luke 7:41-42)

Jesus commends Simon for giving the obvious though correct answer: “The one, I suppose, to whom he forgave more.” (Luke 7:43) However, the woman receives the greatest credit for coming to Jesus. Firstly, she is a woman, and therefore she would have been held in lower esteem than men of her time and place, especially in their company. (cf. Hahn and Mitch) Secondly, she had committed many sins (Luke 7:47), and thirdly she showed incredible hospitality compared to the established customs dating back to Abraham by anointing Jesus’ feet with the contents of an expensive alabaster jar. (cf. Luke 7:37, 44-46, also Genesis 18:4-5)

The woman’s extravagant love is her small response to the merciful love of God which is even more superlative. Thus those who are forgiven much love more than those who are forgiven little, as in the parable of the debtors. Jesus’ absolution of the woman’s sins is met with disbelief on the Pharisee’s part (cf. Luke 7:47-49), but Jesus’ final response of the chapter is, “Your faith has saved you, go in peace.” (Luke 7:50)

That peace that accompanies God’s love for us leaves us speechless on occasion, as Zechariah was silenced for disbelieving that the barren Elizabeth could conceive. (cf. Luke 1:22) The power of the Sacrament of Reconciliation whereby the priest, in the person of Christ, gives absolution to the penitent, whose barren soul then bears fruit, has left me without words in the past. Yet from this silence, our lips are opened, and we proclaim God’s praise for His lavish treatment toward us, while we still remember, as in Zechariah’s Canticle, our own calling to be heralds of the Messiah:

“And you, child, will be called the prophets of the Most High, for you will go before the face of the Lord to prepare His path…” (Luke 1:76, cf. Luke 7:27)

Y a ti, niño, te llamarán profeta del Altísimo, porque iras delante del rostro del Señor a preparar sus caminos, anunciando a su pueblo la salvación, el perdón de sus pecados.

Por la entrañable misericordia de nuestro Dios, nos visitará el sol que nace de lo alto, para iluminar a los que viven en tiniebla y en sombra de muerte, para guiar nuestros pasos por el camino de la paz. (Lucas 1, 76-79)

Lord Jesus, Your way was prepared by St. John the Baptist. May the light of Your face shine upon us in our wilderness and bring peace, especially upon those who are sick and dying. We come to you out of our silence. Grant us forgiveness for our sins, and then we may announce Your coming again in glory and praise You forever. We ask this in Your name. Amen.

WRS

Ste. Thérèse de Lisieux Partie 3- J’entre dans la vie

2 Jan

On voit dans cette conclusion de ma série d’articles sur la vie de Ste. Thérèse le vertu, l’amour, et la sainteté également étonnants de Thérèse de Lisieux, mais aussi on voit son humanité émouvante qui nous donne la chance de faire partie de son histoire, ce qui fait partie de notre propre histoire chrétienne. C’est une histoire qui comprend nos joies et nos douleurs, tout en relation avec Dieu et sa création. Dès le début de sa vie carmélite, Ste. Thérèse a vécu cette souffrance et cette joie, souvent ensemble. Elle est morte jeune et reste de nos jours un personnage écclésial populaire mais aussi souvent mécompris.

…Depuis le début de novembre je n’ai pas pas pu écrire d’article ici. Je viens de finir mon cinquième cours en philosophie (cela en Philosophie greque et la tradition chrétienne), auquel j’ai très bien réussi. Ensuite, j’ai reçu des nouvelles que j’avais été envoyé comme l’associé aux Pères Basiliens, l’ordre religieux auquel j’appartient, a Cali, en Colombie, pendant près de six mois à partir du 5 janvier, 2008 (J’y vais dans 4 jours!). Je vous demande vos prières et je prierai pour vous aussi, peuple de Dieu, pendant que j’accomplis cette prochaine étape dans ma formation pour éventuellement devenir prêtre.

Les premières tâches de Thérèse au Carmel étaient le lavage et le balayage des planchers. Le balayage était plus difficile, surtout quand Thérèse rencontrait des toiles d’araignée; elle avait horreur des araignées. Thérèse a perservéré en dépit de cela et de la maladie de son père qui s’empirait. Des crises cérébrales successives avaient entraîné Louis vers la démentie. Deux mois après l’entrée de Thérèse au Carmel, Louis est disparu de Lisieux, mais il a été retrouvé par Céline et par Isidore Guérin au Havre, à 60 km de chez lui. Les crises cérébrales de Louis ont recommencé en août, 1888, différant donc la prise d’habit de Thérèse. Elle a pris l’habit le 10 janvier, 1889; elle avait tout juste seize ans. Louis a pu participer à la cérémonie, et Thérèse s’est aussi rappelée de la neige pure blanche qui tombait dehors qui était de la même couleur de son habit de novice. Thérèse, avec son amour de Dieu et de Sa création humaine qui était aussi pur que la neige fraîche, a ajouté «et de la Sainte-Face» à son nom religieux. Le nom additionel était un moyen de s’en souvenir de la promesse de Dieu qui allait s’accomplir, même si Thérèse a passé la plupart de sa vie carmélite en obscurité, remplissant les moindres tâches avec un amour surpassant, bien que le Ciel se voyait au mieux en obscurité. (1 Cor. 13,12)

La santé de Louis a continué à diminuer. Céline voulait aussi devenir Carmélite, mais elle est restée avec Léonie chez-elle pour soigner leur père. Louis a été hospitalisé au Bon Sauveur de Caen jusqu’à ce qu’il est devenu immobile dans une chaise roulante. Pendant cette humiliation, l’esprit de Louis est devenu impuissant comme celui d’un enfant, et Céline et Léonie ont souffert avec lui. Thérèse a écrit plusieures lettres à ses soeurs à l’extérieur du Carmel pendant ce temps, leur rappelant de sa compassion pour elles et pour Louis malgré des suggestions que Louis avait été abandonné par ses filles carmélites. Thérèse a écrit notablement qu’«une journée…passée sans souffrance est une journée perdue». (LT 47) Quand Louis est retourné à Lisieux en 1892 pour y terminer sa vie terrestre, Céline a pris le rôle d’infirmière. Elle poussait souvent la chaise roulante de Louis dans le jardin de la Musse, la propriété des Guérin près de Lisieux. Louis Martin a été apporté au monastère pour y visiter ses trois filles carmélites une dernière fois le 12 mai, 1892. Là, il a chuchoté à peine les mots «au Ciel». (Thérèse of Lisieux, Œuvres Complètes, Chronologie, p.1491) Deux ans plus tard, il a été complètement paralysé par une nouvelle crise cérébrale. Louis a reçu l’Extrème Onction le 27 mai, 1894. Il a souffert une grande crise cardiaque dix jours après cela, et il est mort en paix le 29 juillet, 1894, âgée de 70 ans. Thérèse a écrit que la mort de Louis l’a permis de monter vers l’union éternel avec Dieu, et que pour elle-même la phrase de la Prière du Seigneur, «Notre Père, qui êtes aux Cieux», a eu une encore plus grande signification. (cf. Ms. A, 75v°)

Céline a ainsi notifié ses soeurs carmélites de la mort de Louis: «Papa est au Ciel». Thérèse a écrit plus tard que «Dieu (l’avait) donné un père et une mère plus dignes du Ciel que de la terre.» (LT 261) Ces mots sont inscrits au dessus des tombeaux de Zélie et de Louis derrière la Basilique Ste. Thérèse à Lisieux. La cause jointe de la canonisation de Zélie et de Louis Martin a été ouverte en 1960, et les parents de Thérèse ont été déclarés Vénérables par le Pape Jean-Paul II le 26 mars, 1994. Un miracle attribué à leur intercession est requis pour leur béatification, et deux miracles sont nécessaires pour leur canonisation.

Le 14 septembre, 1894, suivant la mort de Louis, Céline est entrée au Carmel sous le nom de Soeur Geneviève de la Sainte-Face (éventuellement elle a été renommée Soeur Geneviève de Ste. Thérèse). Elle a pris plusieurs pièces de son équipement de peinture et de photographie avec elle. Donc, Ste. Thérèse de l’Enfant-Jésus reste le saint le plus photographié jusqu’à nos jours. Une cousine, Marie Guérin, est aussi entrée au Carmel, prenant le nom de Soeur Marie de l’Eucharistie le 15 août, 1895. Les Soeurs Geneviève de la Sainte-Face et Marie de l’Eucharistie étaient deux des cinq novices confiées à Thérèse, qui était maîtresse des novices en tout sauf le titre. Elle s’est renoncée à son droit aux positions officielles pour répondre aux soucis que les quatre soeurs Martin et leur cousine pourraient exercer trop d’influence dans la communauté.

En 1894 et 1895, Thérèse a écrit et a joué le rôle principal dans deux pièces de théâtre à propos de la Bienheureuse Jeanne d’Arc (canonisée en 1920), «La mission de Jeanne d’Arc, ou La bergère de Domrémy écoutant les voix», suivie de «Jeanne d’Arc accomplissant sa mission». Faisant voeu d’obéissance à Jésus, à Marie, à Joseph, et à Mère Agnès de Jésus (sa soeur, Pauline, qui était devenue prieure), Thérèse a écrit son premier manuscrit autobiographique entre janvier, 1895, et janvier, 1896, sur la demande de Mère Agnès, qui avait aperçu que Thérèse partageait plusieurs souvenirs de son enfance et a donc demandé à Thérèse d’écrire ses récollections dans un simple cahier ligné. En plus, en 1895, Thérèse s’est offerte spontanément à l’Amour Divine, une force si grande que cela peut conquérir tout pêché, comme un braisier consomme une goutte d’eau. (cf. Ms. C, 36r°; Pri 6, 1v°/2r°)

Soeur Marie du Sacré-Coeur, la soeur aînée de Thérèse, a demandé a Thérèse de rédiger par écrit sa doctrine d’enfance spirituelle et de confiance complète en Dieu. Le récit résultant est devenu le Manuscrit B de sa future autobiographie. Thérèse l’a écrit en septembre, 1896, pendant sa retraite annuelle pour l’anniversaire de sa profession. Ce serait la dernière retraite de même pour Thérèse, qui avait commencé à souffir de la tuberculose. Entre le Jeudi Saint et le Vendredi Saint de 1896, Thérèse a craché le sang pour la première fois. Elle a interpreté cela comme le premier appel de Dieu qui l’acceuillait au Ciel: «C’était comme un doux et lointain murmure qui m’annonçait l’arrivée de l’Époux.» (Ms. C, 5r°)

Le premier signe concret de la tuberculose a été revélé beaucoup plus tard. Pour plusieurs mois, Thérèse a accompli ses fonctions ordinaires sans se plaindre, en dépit de son toux et de sa fièvre élevée. Elle a fait correspondance avec deux prêtres missionnaires, le Père Adolphe Roulland et l’Abbé Maurice Bellière, qui avaient des difficultés en discernant leurs vocations, et Thérèse a aussi écrit son troisième manuscrit autobiographique, une chronique de sa vie religieuse qui allait être utilisée comme une longue nécrologie, ou circulaire, selon la coutume pour honorer les Carmélites décédées. Quand elle a été portée à l’infirmerie le 8 juillet, 1897, le Manuscrit C a été laissé inachevé. Les dernières pages avaient été écrites au crayon parce que Thérèse était trop faible pour tremper un stylo dans l’encre. Comme tous ses manuscrits autobiographiques, le troisième s’est terminé avec le mot «amour». Les dernières lettres notées de Thérèse ont été écrites à l’Abbé Bellière, qui, en août, 1897, a été dit que Thérèse n’avait qu’un mois à vivre. Thérèse, infirme, l’a écrit, «Je ne meurs pas, j’entre dans la vie.» (LT 244)

Les souffrances physiques de Thérèse ont peut-être été dépassées par sa déteresse spirituelle. Elle avait du mal àvoir la gloire du Ciel. Ses écrits et ses paroles compilés par Mère Agnès de Jésus (Pauline) et intitulés les Derniers Entretiens communiquent un espoir à la vie éternelle de laquelle Thérèse se sentait à grande distance. Thérèse de Lisieux est morte en agonie le 30 septembre, 1897. Elle est morte seule comme le Christ sur la Croix: «Mon Dieu…Pourquoi m’avez-vous abandonné?» (Mathieu 27,46) En hoquetant, Thérèse a dit ses derniers mots: «Mon Dieu, je vous aime!» (CJ 30.9) Elle s’est levée la tête de l’oreiller pour environ le temps nécessaire pour réciter le Crédo avant de retomber et de prendre son dernier souffle. Elle a maintenu son sourire angélique, et elle tenait son crucifix si fort qu’il avait besoin d’être arraché de ses mains après sa mort pour préparer son corps pour l’enterrement. (cf. CJ 30.9, notes de Mère Agnes de Jésus)

Thérèse, qui a été canonisée le 17 mai, 1925, devant 60 000 pélerins à Saint-Pierre-de-Rome, a promis qu’elle allait «passer (son) Ciel à faire du bien sur la terre» (CJ 17.7), et sa mission continue. Léonie est entrée aux Soeurs de la Visitation pour de bon en 1899. Elle est morte en 1941, puis elle est devenue le quatrième membre de la famille Martin, après Ste. Thérèse et les parents, Louis et Zélie, à être soit canonisé, soit à être en voie de canonisation. Mère Marie de Gonzague a écrit dans le registre du Carmel de Lisieux après la mort de Thérèse: «Les neuf ans et demi que [Thérèse] a passé avec nous laisse nos âmes resplendissantes avec les plus beaux vertus avec lesquels la vie d’une Carmélite pourrait être remplie. Une modèle parfaite d’humilité, d’obéissance, de charité, de prudence, de détachement, et de dévotion, elle a accompli la tâche difficile de maîtresse des novices avec une sagacité et une affection que rien ne pouvait égaler sauf son amour pour Dieu.»

Le 17 octobre, 2007, a été le dixième anniversaire de la proclamation de Ste. Thérèse de Lisieux comme le trente-troisième Docteur de l’Église par le Pape Jean-Paul II. Dans sa lettre apostolique «Divini Amoris Scientia» («La science de l’Amour Divin»), ce pape a reconnu l’universalité du message et de la doctrine de Ste. Thérèse: «Sa personne, son message évangélique de la ‘petite voie’ de la confiance et de l’enfance spirituelle ont reçu et continuent de recevoir un accueil surprenant, qui a franchi toutes les frontières…La force de sa doctrine vient de ce qu’elle montre concrètement comment toutes les promesses de Jésus trouvent leur plein accomplissement dans le croyant qui sait accueillir avec confiance en sa vie la présence salvatrice du Rédempteur.»

Je suis témoin à l’influence que l’intercession de «la plus grande Sainte des temps modernes», selon le Pape Pie X, a eu sur ma propre vie et discernement vocationnel. On demande que Ste. Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face continue à veiller sur nous et à prier pour nous. Nous le demandons au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

Je souhaite à tout le monde une bonne année 2008. D’ailleurs, aujourd’hui est le 135e anniversaire de la naissance de Ste. Thérèse de Lisieux et aussi le jour de fête du patron de mon ordre religieux, la Congrégation de St. Basil (ou les Pères Basiliens). St. Basil le Grand et St. Grégoire Nazianzen, priez pour nous…

WRS

Ste. Thérèse de Lisieux Partie 2- Que je L’aime

2 Jan

Le premier article de cette série sur Ste. Thérèse de Lisieux a commencé avec des détails de la jeunesse de Louis et de Zélie Martin, les parents de Ste. Thérèse.

Malheureusement, Zélie est morte après une lutte prolongée contre le cancer du sein en 1877, à l’age de 46 ans. Suivant la mort de sa femme, Louis a déménagé avec sa famille à Lisieux. Aidé par son beau-frère et sa belle-sœur, là il a élevé ses cinq filles avec de l’amour et avec de la patience. Les deux aînées Martin, Pauline et Marie, sont devenues religieuses carmélites à Lisieux. Thérèse a désiré de les joindre au Carmel, et a fait une demande d’entrée quand elle n’avait que quinze ans.

Cette deuxième partie se termine de presque là même manière que le premier article: en tragédie. Pendant la chute de Louis vers l’infirmité mentale et physique, l’un des mentors et amies les plus proches au Carmel, la Sœur Geneviève de Ste. Thérèse, est morte pendant une épidémie d’influenza en décembre, 1891. Thérèse a relié la mort de cette sainte religieuse et celle de sa mère. Néanmoins, Thérèse avait un sens de la joie malgré ses souffrances et celles de sa famille et de sa communauté religieuse. Pendant toute la vie de Thérèse, l’Enfant Jésus était continuellement relié à la Sainte Face de la Passion de Notre Seigneur.

On demande l’intercession continue de celle qui a vécu son nom religieux jusqu’à la perfection. Ste. Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face, prie pour nous…

Louis Martin et ses cinq filles ont déménagés à Lisieux en novembre, 1877, à une maison appelée Les Buissonnets que le frère de Zélie, le pharmacien Isidore Guérin, louait et qui se situait près de son propre domicile. Louis a été aidé par Isidore et par Céline, la femme d’Isidore, à élever ses enfants. Un veuf à 54 ans, Louis montrait son amour profond envers ses filles sans les gâter. Marie était surnommé «le diamant», Pauline, le «deuxième mère» de Thérèse, était «le perle», Léonie avait «le bon coeur», Céline était «la courageuse», et Thérèse était «la Petite Reine» de Louis. Pendant toute sa vie, Thérèse conféra de même manière des termes royaux à son père. Alors, Louis était pour Thérèse «le Roi de France et de Navarre», ou, plus simplement, son «Roi Chéri». (cf. LT 51, 63, Ms. A, 21r°)

Quatre ans après l’établissement des Martin à Lisieux, Thérèse et Céline sont devenues pensionnaires à l’abbaye bénédictine Notre-Dame-du-Pré. Les religieuses bénédictines ne sont pas souvent associées avec l’éducation, mais à cause des lois anti-cléricales qui étaient devenues de plus en plus restrictives après la Révolution Française, elles ont ouvert des écoles privées pour rester viables financièrement. Les années que Thérèse a passé a l’abbaye étaient généralement tristes. Thérèse était plusieurs niveaux en avant des autres filles de son age dans la plupart des sujets, à l’exception de l’orthographe, de la grammaire, et des mathématiques. Elle a excellé en apprenant le Catéchisme, et dans son enfance Thérèse avait presque mémorisé l’œuvre classique du 15e siècle sur la dévotion religieuse, l’Imitation du Christ. Cependant, son intelligence prodigieuse ainsi que sa personnalité introspective l’a fait un objet de la dérision des autres étudiantes qui étaient envieuses d’elle. (cf. Ms. A, 23r°)

Peu de personnes comprenaient Thérèse, qui était un enfant souvent solitaire. Elle avait quand même une relation spéciale avec Dieu; elle n’allait pas plus de quelques minutes sans penser à Lui, et selon ses écrits de plus tard, elle n’avait pas besoin de directeur spirituel pour renforcer le lien entre elle-même et le Seigneur. Néanmoins, l’ostracisme à l’école avait commencé à contribuer à la diminution de la santé de Thérèse. Elle a souffert des maux de tête épouvantables, et son état émotionnel fragile était un souci continuel.

À l’age de neuf ans, Thérèse a été donnée sa mission et le nom qu’elle prendra dans sa vie religieuse. Elle est allée avec sa famille visiter le monastère carmélite comme elle faisait régulièrement. La prieure, Mère Marie de Gonzague, a demandé à Thérèse quels étaient ses loisirs, en étant rappelé de la grande timidité de Thérèse en plus de sa dévotion spirituelle qui lui menait à passer beaucoup de temps à genoux en priant à côté de son lit. Thérèse a répondu qu’elle pensait à Dieu. Sur la demande de la Mère Prieure, Thérèse a spécifié ce qu’elle pensait à propos de Dieu: «Rien, mais seulement que je l’aime.» Thérèse avait développé un fort lien avec le Christ, mais elle aurait eu de la difficulté à perdre son beau nom, Thérèse, une fois qu’elle était entrée au Carmel. Parce que son nom avait déjà été utilisé par la réformatrice carmélite Ste. Thérèse de Jésus, et alors en mesure de respect ce nom ne devrait pas être réutilisé, Mère Marie de Gonzague a suggéré à Thérèse de prendre le nom Sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus. (Ms. A, 31r°) Donc, Thérèse a été donné le nom religieux auquel elle avait rêvé, et elle a été mise sur le chemin vers sa vocation de l’amour.

Le nom de Thérèse a été bien choisi; elle s’est donnée, comme sa patronne, pour l’amour de Dieu et pour le salut des âmes. Louis l’appelait ainsi «Thérésita» (LT 11), d’après la nièce de Ste. Thérèse d’Avila, qui était entrée au monastère à l’age de seulement neuf ans. Le père de Thérèse s’assurait que sa benjamine était attentif surtout quand le nom de Ste. Thérèse était mentionné pendant la Messe. Dieu avait appelé le nom de Thérèse, et cela était évident depuis son enfance. Une soirée, Louis retournait chez lui venant de la maison d’Isidore Guérin avec Thérèse, qui a regardé vers les étoiles et a aperçu une constellation en forme d’un T. Dans son autobiographie, Thérèse a écrit: «Je faisais voir [les étoiles] à Papa en lui disant que mon nom était écrit dans le Ciel… Je mettais ma petite tête en l’air ne me lassant pas de contempler l’azur étoilé!» (Ms. A, 18r°) Dans le passage biblique d’où elle a tiré cette réflexion, Luc 10:20, Jésus fait rappeler à ses disciples, «Réjouissez et soyez heureux, parce que vos noms sont écrits dans le Ciel». De nos jours, ce passage est récité en Vêpres le jour de fête de Ste. Thérèse de Lisieux, le 1 octobre.

Dieu avait un plan spécial pour Thérèse, mais il semblait qu’Il allait la prendre au Ciel au milieu de son enfance. Quand Thérèse n’avait pas même dix ans, Pauline, sa sœur, son guide spirituel, et sa confidente, s’est jointe aux Carmélites de Lisieux. Cet évènement, couplé avec l’absence prolongée de Louis, qui était allé à Paris, a plongé Thérèse, déjà fragile émotionnellement, vers une grave maladie nerveuse entre mars et mai, 1883. Plusieurs médecins ont doutés qu’elle allait survivre, à plus forte raison guérir. Sa maladie n’a jamais été diagnostiquée avec précision. Thérèse a eu un court répit de la mystérieuse maladie, en sorte qu’elle a pu visiter Pauline dans le monastère en avril, mais ensuite sa santé s’est de nouveau détériorée. Louis, Marie, Léonie, et Céline ont commencé une neuvaine à Notre Dame des Victoires, mais la santé de Thérèse ne s’est pas améliorée. À côté du lit de leur sœur le jour de Pentecôte, le 13 mai, 1883, Marie, Léonie, et Céline ont pétitionné Notre Dame de sauver la vie de Thérèse. Dans la chambre de Thérèse, Louis, sur la demande de Zélie, avait placé il y avait des années une figure de Ste. Marie qui avait été en dehors de la maison Martin à Alençon. Pendant que ses sœurs priaient, Thérèse a regardé vers la statue, puis elle s’est élevée du lit. Elle a vu Marie souriant vers elle, et elle a été complètement guérie. Cette figure de Ste. Marie, qui reste maintenant au Carmel de Lisieux, est connue depuis la guérison de Thérèse au printemps de 1883 comme «Notre Dame de la Sourire». (Ms. A, 30r°)

Les maux de tête de Thérèse ont persisté, et une mère qui aurait pu contribuer à sa stabilité émotionnelle la manquait toujours. Louis a embauché un tuteur privé, Valentine Papinau, pour enseigner à Thérèse à partir de 1886, terminant donc ses années à l’abbaye bénédictine. En même temps, Thérèse souffrait d’une crise de scrupules d’où elle s’inquiétait de toute action imparfaite de sa part, peu importe la gravité souvent minimale, qui pouvait offenser Dieu. Marie a même eu besoin de limiter le nombre de «pêchés» que Thérèse confessait. Ceci a duré jusqu’en octobre, 1886, mais elle n’a reçu la consolation complète qu’en octobre, 1891, quand le Père Alexis Prou, prêchant une retraite au Carmel de Lisieux, l’a assuré qu’elle n’avait jamais commis de pêché mortel.

Noël de 1886 a été un point tournant dans la vie de Thérèse Martin. Retournant de la Messe de minuit, les enfants trouvaient traditionnellement des petits cadeaux dans leurs souliers près de la cheminée. À Noël, 1886, Thérèse avait presque quatorze ans, et Louis a démontré sa fatigue et sa frustration en espérant à haute voix que ce serait la dernière année où cette coutume enfantine se déroulerait. Normalement, Thérèse aurait été profondément affectée par une remarque comme celle de son père. Céline a regardé avec pitié envers sa sœur, mais Thérèse n’a versé aucune larme. De manière imprévue, elle est allée avec joie vers la cheminée et a commencé à déballer ses cadeaux devant son père. La joie de Thérèse a aussi été transmise à Louis, qui a regardé pendant que sa fille a tout à coup surmonté des années de difficultés émotionnelles reliées à la mort de Zélie.

L’été suivant, Henri Pranzini a été trouvé coupable et a été condamné a la guillotine pour les viols et meurtres de deux femmes et d’une jeune fille à Paris. Pendant une Messe, Thérèse a été touchée par une image du Christ sur la Croix qui était imprimée sur une carte de prière. Elle a écrit plus tard qu’elle aurait voulu être au pied de la Croix pour attraper les gouttes de sang qui tombaient des plaies de Jésus. Ensuite, Thérèse s’est rappelée des paroles de Jésus sur la Croix, «J’ai soif». Bien sûr, Notre Seigneur a soif des âmes, même celles des impénitents comme Pranzini. Thérèse a vu l’assurance du salut de Pranzini comme sa première mission divinement inspirée. Quand son premier «enfant» a été donné la chance de parler avant son exécution, il a demandé le crucifix du prêtre, puis il a baisé chacune des plaies de Notre Seigneur. Thérèse a cru que cela était un signe de Dieu que Pranzini allait être sauvé. (cf. Ms. A, 46r°)

Thérèse était prêt à commencer sa «course de géant». (cf. Ms. A, 44v°) Elle était sans doute un géant spirituel et elle se préparait à entrer aux Carmélites, si seulement elle pouvait convaincre son père, son oncle, Isidore Guérin, l’évêque de Bayeux et de Lisieux, le Msgr. Flavien Hugonin, le Vicaire-Général, le Père Maurice Révérony, le supérieur carmélite, le Père Jean-Baptiste Delatroëtte, et même le Pape Léon XIII, de sa maturité et de sa sagesse, qui étaient remarquables pour une fille qui n’avait pas même quinze ans.

Louis a été assez facilement convaincu de la véracité de la vocation de Thérèse. Il avait pensé initialement qu’elle était jeune pour avoir un engagement de même, mais il a consenti à la volonté de Thérèse, lui donnant une petite fleur blanche qu’il avait cueillie. Son oncle était plus difficile à influencer, mais grâce aux prières de Thérèse et aussi de son oncle pendant quinze jours, Isidore Guérin a consenti le 22 octobre, 1887, à ce que Thérèse puisse entrer au Carmel. Le Père Delatroëtte était catégoriquement opposé à l’entrée de Thérèse, encore si jeune, au Carmel. Son seul espoir était de parler avec l’évêque. Louis s’est arrangé pour que Thérèse puisse rencontrer l’Évêque Hugonin, et l’a accompagné à Bayeux, à 70 km de Lisieux. L’une des photos les plus célèbres de Thérèse vient de cette occasion le 31 octobre, 1887. Thérèse avait attaché ses cheveux en haut pour paraître plus âgée devant l’évêque. Elle était d’une beauté ravissante, avec ses longs cheveux blonds et ses yeux bleu foncés. Le plus grand des enfants Martin, elle avait été appelée «la grande Anglaise» par quelques personnes à Lisieux.

Au sujet de son entrée au Carmel, Thérèse a reçu une réponse réservée de l’évêque, qui avait compris que sa vocation était vraie mais qui voulait parler en premier au Père Delatroëtte. Connaissant l’opposition du supérieur carmélite, Thérèse s’est trouvée incapable de retenir ses larmes. Néanmoins, l’Évêque Hugonin a suggéré à Thérèse d’aller à Rome en pèlerinage un mois plus tard pour la célébration du cinquantième anniversaire de l’ordination sacerdotale du Pape Léon XIII. L’assemblée pontificale se déroulera le 20 novembre, 1887. Léonie était entrée au couvent de la Visitation de Caen, où elle est restée jusqu’en janvier, 1888. C’était le second essai sans succès à la vie religieuse pour cette pauvre troisième fille Martin. Donc, commençant le 4 novembre, Thérèse et Céline sont allées à Rome avec leur père, Louis, qui s’était suffisamment guéri après sa première congestion cérébrale qui avait laissé un côté de son corps partiellement paralysé.

En route, Thérèse, Céline, et Louis sont passés par la Suisse, puis ont visité Milan, Venise, Bologne, Padoue, et Lorette. À la Santa Casa, la maison légendaire de la Sainte Famille que l’on pensait d’avoir été portée par des anges de Nazareth à Lorette, Louis a demandé à un prêtre de donner la communion à Thérèse et à Céline. Cela différait de la tradition de la Sainte Maison, où une seule large hostie était normalement gardée sur une patène pour qu’un prêtre puisse célébrer la Messe seul. Pour cette occasion, deux hosties supplémentaires ont été ajoutées et la Messe a été célébrée à l’intention des Martin, au ravissement de Thérèse et de Céline. (Ms. A, 59v°) Pendant le voyage, le Père Révérony, le représentant de la Diocèse de Bayeux et de Lisieux, regardait Thérèse de près. Le voyage a amélioré la compréhension qu’avait Thérèse des prêtres, qui, même en étant « [élevés] au dessus des anges» par leur «sublime dignité» (Ms. A, 56r°), sont des hommes faibles qui ont surtout besoin des prières des fidèles pour la protection de leurs âmes.

Thérèse se sentait naturellement mal à l’aise, surtout en pensant à l’audience pontificale à venir, et à la chance qu’elle allait parler avec le Pape. On était généralement interdit de parler avec le Pape pendant les audiences, de peur qu’on pourrait retarder la cérémonie, mais Thérèse avait été encouragée dans une lettre de Pauline reçue du Carmel de Lisieux. Pendant l’audience, Thérèse était prête à obéir la demande de s’agenouiller, de donner un baiser au pied et à la bague du Pape, et ensuite d’attendre les instructions de se lever et de retourner à son siège, mais Céline, attendant derrière Thérèse, l’a dit à voix basse, «Parle!» (Ms. A, 63r°) Donc, Thérèse a demandé au Pape de permettre son entrée au Carmel à l’age de quinze ans. Le Pape a répondu, «Eh bien, mon enfant, faites ce que les supérieurs vous diront.» Thérèse a renouvelé sa demande, à laquelle le Pape a répondu ensuite, «Vous entrerez si le bon Dieu le veut.» Thérèse, des larmes commençant à apparaître aux yeux, a alors été portée par des gardes pontificales à une autre chambre. Même en étant décue, Thérèse a connu la joie en retour à Lisieux. Elle savait ce qu’était la volonté de Dieu, et elle avait aussi le soutien presque unanime des Soeurs carmélites de Lisieux. Au pied du Mont Vésuve à Pompéii, où une excavation recommençait à la fin de la 19e siècle après une éruption volcanique avait enseveli la ville en l’an 79 après J.-C., Thérèse a réfléchi que Dieu pourrait produire l’impossible. Dieu est si puissant que, dans les paroles du psaumiste selon Thérèse, Il «regarde la terre et la fait trembler, [et Il] touche les montagnes et les réduit en fumée.» (Ps. 103,32; Ms. A, 64v°)

Le 28 décembre, 1887, l’Évêque Hugonin a écrit à Mère Marie de Gonzague qu’elle avait reçu la permission d’admettre Thérèse au Carmel, mais que son entrée serait différée jusqu’au 9 avril, 1888, après Pâques. Pendant les mois suivants, Thérèse a pratiqué le vertu et le sacrifice avec encore plus de dévotion qu’avant. À Noël de 1888, trois jours avant que Thérèse a reçu sa lettre d’admission, aucune nouvelle n’était arrivée à propos de l’entrée de Thérèse au Carmel, bien qu’elle allait quotidiennement à la poste avec Louis pendant plusieurs semaines. Thérèse est arrivée aux Buissonets après la Messe de minuit. Sentant le découragement de sa soeur, Céline avait placé un navire modèle dans un bassin. Sur la voile du «petit» navire, elle avait inscrit un passage de la Cantique des Cantiques: «Je dors, mais mon coeur veille», (Ct. 5,2) et sur la voile il était écrit «Abandon!» (Ms. A, 68r°)

Le jour où Thérèse est entrée au Carmel, Louis s’est mis à genoux et, des larmes aux yeux, a donné sa bénédiction à sa fille. Le même jour, Céline a refusé une demande de mariage. Les premières années de Thérèse au Carmel étaient difficiles. Ses deux soeurs, Marie et Pauline, vivaient dans le même monastère, mais la vie religieuse dictait une certaine séparation entre elles. Les hivers initiaux étaient froids, et le monastère n’était pas chauffé. À la fin de 1891, le Mère Geneviève de Ste. Thérèse, qui avait fondé le Carmel de Lisieux il y avait 53 ans et que son nom a été adopté plus tard par Céline, le soeur de Thérèse, est morte suite à une épidémie d’influenza. Thérèse a pu voir la face d’une Carmélite qu’elle avait appelée une sainte. C’était différent de la mort de sa mère il y avait 14 ans, où Thérèse, là âgée de quatre ans et demi, a presque été trop petite pour voir dans le cercueil ouvert…(Partie trois à suivre…)

WRS

Ste. Thérèse of Lisieux Part 3- Entering into Life

2 Jan

Happy New Year 2008! In this third and final section to conclude my series of articles on the life of Ste. Thérèse of Lisieux, my hope is to convey her virtue, her love, and her holiness that are all amazing, but also to show her humanity that is real and moving. As I wrote the final section, I reflected on how we might become part of the story of Ste. Thérèse; her life is part of our own history as Christians, with all of its joys and pains. Ste. Thérèse lived through joy and suffering, often intertwined, as a Carmelite nun. She died young, and is to this day a popular though as often misunderstood figure in the Church.

…Since the beginning of November I haven’t written any articles to this blog, though in the meantime I completed my fifth course in philosophy (Greek Philosophy and the Christian Tradition), which was a great success and highly enjoyable. Then, I received news that I had been posted as an Associate of the Basilian Fathers (Congregation of St. Basil), to Cali, Colombia, for six months beginning on January 5, 2008 (four days away!). I ask for prayers from those who read this as I begin this next step in my discernment and formation toward the priesthood, and I pray for all of you, God’s people, in return.

I conclude the introduction to this last article on the life of Ste. Thérèse of Lisieux with one of her poems entitled “To the Infant Jesus”, from a prayer card I received yesterday:

Jesus, you know my name,
Your sweet gaze beckons me,
And says, “Give yourself up to me
And I shall steer your tiny boat.”

With your sweet little Child’s voice,
O! How marvelous!
You calm the roaring waves
And the wind!

Rest yourself
While the storm rages about you,
Let your fair head
Rest in my heart.

How delightful your smile
While you sleep.
I want to rock you tenderly, fair child,
With my sweetest lullaby.

– Sr. Thérèse of the Child Jesus and of the Holy Face, O.C.D., December, 1896.

Thérèse’s first chores in Carmel were doing the laundry and sweeping the floors. The latter task was most trying, especially when Thérèse would encounter cobwebs; she was horrified by spiders. Thérèse persevered despite this and her father’s illness that was worsening. Successive strokes had plunged Louis Martin into dementia. Two months after Thérèse’s entry into Carmel, Louis disappeared from Lisieux, but was found by Céline and by Isidore Guérin in Le Havre, 60 km from home. Louis’ strokes recurred in August of 1888, such that Thérèse’s taking of the habit was deferred. She took the habit on January 10, 1889, at barely sixteen years old. Louis was able to participate in the ceremony, and Thérèse also recalled the pure snow falling outside that matched the colour of her novice’s habit. Thérèse, whose love for God and for His people was as pure as the fresh snow, added “of the Holy Face” to her religious name. The additional name was a reminder of God’s promise to come, although Thérèse spent much of her Carmelite life in obscurity, fulfilling her smallest duties with utmost love, though Heaven was at best seen “through a glass darkly”. (1 Corinthians 13:12)

Louis’ health continued to decline. Though Céline, too, wished to become a Carmelite, she and Léonie stayed at home to care for their father. Louis was hospitalized at the Bon Sauveur sanatorium in Caen until he became confined to a wheelchair. Throughout Louis’ humiliation, as his mind degenerated into that of a child, Céline and Léonie suffered along with him. Thérèse wrote many letters to her sisters outside Carmel during this time, reminding them of her compassion for them and for Louis despite suggestions by some acquaintances that Louis’ Carmelite daughters had abandoned him, and that “a day without suffering is a day lost”. (LT 47) When Louis was moved back in 1892 to Lisieux to live out his days, Céline took on the role of a nurse. She often pushed Louis’ wheelchair around the garden at La Musse, the Guérins’ property near Lisieux. Louis Martin was wheeled into the Carmelite monastery to visit his three daughters there for the last time on May 12, 1892. He barely managed to whisper the words, “In Heaven…” (Thérèse of Lisieux, Complete Works, Chronology, p.1491) Two years later, he was completely paralyzed by another stroke. Louis received Extreme Unction on May 27, 1894. He suffered a major heart attack ten days later, and he died peacefully on July 29, at the age of 70. Thérèse wrote that Louis’ passing enabled him to rise to eternal union with God, and that the part of the Lord’s Prayer, “Our Father who art in Heaven”, took on an even deeper meaning. (cf. Ms. A, 75v°)

Céline notified her Carmelite sisters of Louis’ death: “Papa is in Heaven.” Thérèse said later that “God had given (her) a father and mother more worthy of Heaven than of earth”. (LT 261) Those words are inscribed above the final resting place of Zélie and of Louis behind the Basilica of Ste. Thérèse in Lisieux. The canonization cause of Zélie and of Louis Martin was opened by 1960, and on March 26, 1994, Thérèse’s parents were declared Venerable by Pope John Paul II. One miracle attributed to their intercession is required for their beatification, and two miracles are needed for canonization.

Following Louis’ death, on September 14, 1894, Céline entered Carmel as Sr. Marie of the Holy Face (eventually Sr. Geneviève of St. Teresa), taking with her much of her painting and photography equipment. Thus, Ste. Thérèse of the Child Jesus remains the most photographed saint to this day. A cousin, Marie Guérin, also entered Carmel as Sr. Marie of the Eucharist on August 15, 1895. Sisters Geneviève of the Holy Face and Marie of the Eucharist were two of five novices entrusted to Thérèse, who was Novice Master in all but name. She gave up her right to official positions of power to allay concerns that the four Martin sisters and one cousin might have excessive influence in the community.

In 1894 and 1895, Thérèse wrote and performed the lead role in two plays about then-Blessed Joan of Arc, “The Mission of Jeanne d’Arc, or the Shepherdess of Domrémy Listening to the Voices”, followed by “Jeanne d’Arc Accomplishing Her Mission”. Pledging obedience to Jesus, to Mary, and to Mother Agnes of Jesus (her sister, Pauline, who had become Prioress), Thérèse wrote her first autobiographical manuscript from January, 1895, to January, 1896, on the orders of Mother Agnes, who had noticed Thérèse’s vivid recollection of her childhood and ordered Thérèse to write it in a simple lined scribbler. Also in 1895, Thérèse offered herself spontaneously to Divine Love, a power so great that it conquers all sin, as a fire consumes a drop of water. (cf. Ms. C, 36r°; Pri 6, 1v°/2r°)

Sr. Marie of the Sacred Heart, Thérèse’s oldest sister, asked Thérèse to put her doctrine of spiritual childhood and of complete confidence in God in writing. This became Manuscript B of her future autobiography. Thérèse wrote this during her annual retreat for the anniversary of her profession in September, 1896. It would be Thérèse’s last such retreat, as she had begun to suffer from tuberculosis. Between Holy Thursday and Good Friday of 1896, Thérèse coughed up blood for the first time. She interpreted this as an encounter with her Divine Spouse who was calling her home. (cf. Ms. C, 5r°)

This first concrete sign of tuberculosis was reported much later. For months, Thérèse carried out her regular duties without complaint, despite her cough and high fever. She corresponded with two missionary priests, Fathers Adolphe Roulland and Maurice Bellière, who were struggling with their vocations, and she also wrote her third autobiographical manuscript, a chronicle of her time as a nun which was to be used as a lengthy obituary, or circular, that was customary to honour deceased Carmelites. When she was carried to the infirmary on July 8, 1897, Manuscript C was left unfinished. The last pages had been written in pencil, as Thérèse was too ill to dip a pen into an inkpot. As with all three manuscripts, the third ended with the word “love”. Thérèse’s last recorded letters were written to Fr. Bellière, who in August, 1897, was told that Thérèse had a month or less to live. Thérèse wrote from the infirmary, “I am not dying; I am entering into life.” (LT 244)

Thérèse’s spiritual suffering perhaps exceeded her physical distress. She was unable to see the glory of Heaven. Her writings as well as spoken words compiled by Mother Agnes of Jesus (Pauline) as the Last Conversations convey a hope in eternal life from which Thérèse felt greatly distanced. Thérèse of Lisieux died in agony. She died alone as did Christ on the Cross: “My God…Why have you forsaken me?” (Matthew 27:46) Thérèse gasped her last words just after seven o’clock in the evening on September 30, 1897: “My God, I love you”. (CJ 30.9) She then raised her head from the bed for about the time required to say the Apostles’ Creed before falling back and breathing her last. In death, she maintained an angelic smile upon her face, and she clutched her crucifix so tightly that it had to be forced from her hands to prepare her body for burial. (cf. CJ 30.9, notes of Mother Agnes of Jesus)

Thérèse, who was canonized on May 17, 1925, before 60 000 pilgrims to St. Peter’s Square, promised that she would “spend (her) Heaven doing good on earth” (CJ 17.7), and her mission continues. Léonie entered the Sisters of the Visitation for good in 1899. She died in 1941, and later joined her parents and Ste. Thérèse as members of the Martin family who are either recognized saints or whose merits are being considered by the Congregation for the Causes of Saints. Mother Marie de Gonzague wrote in the Lisieux Carmel’s register after Thérèse died: “The nine and a half years (Thérèse) spent among us leave our souls fragrant with the most beautiful virtues with which the life of a Carmelite can be filled. A perfect model of humility, obedience, charity, prudence, detachment, and regularity, she fulfilled the difficult discipline of mistress of novices with a sagacity and affection which nothing could equal save her love for God.”

October 17, 2007 was the tenth anniversary of Pope John Paul II’s proclamation of Ste. Thérèse de Lisieux as the thirty-third Doctor of the Church. In the late Pontiff’s Apostolic Letter, “Divini Amoris Scientia”- “The Science of Divine Love”, the universality of Ste. Thérèse’s teaching and message was acknowledged: “Her person (and) the Gospel message of the ‘little way’ of trust and spiritual childhood have received and continue to receive a remarkable welcome, which has transcended every border…The power of her message lies in its concrete explanation of how all Jesus’ promises are fulfilled in the believer who knows how confidently to welcome in his own life the saving presence of the Redeemer.”

I testify here to the influence that the intercession of the “greatest Saint of modern times”, in the words of St. Pius X, has had on my own life and vocational discernment. We ask that Ste. Thérèse of the Child Jesus and of the Holy Face may continue to keep watch over us and to pray for us. We ask this in the name of the Father, of the Son, and of the Holy Spirit. Amen.

WRS

An explanation of the abbreviations used in my in-text notes:

LT- Letters of Ste. Thérèse
CJ- Carnet Jaune (Last Conversations) (day, month)
Pri- Prayers of Ste. Thérèse
The page numbers cited in all 6 articles (3 in English, 3 in French) are the original page numbers of Ste. Thérèse’s manuscripts, which were written using both sides of each sheet of lined paper. Thus, my citations include either v° (“verso”- reverse side) or r° (“recto”- front side).

In addition, today is the 135th anniversary of the birth of Ste. Thérèse of Lisieux and is also the feast day of the patron of the religious order I belong to, the Congregation of St. Basil (or, the Basilian Fathers). St. Basil the Great and St. Gregory Nazianzen, pray for us…